VŒU

epistolairement

Vois-tu l’amie, les mois je les aime tous, je les aime vraiment bien, mais il se peut que je haïsse le mois qui armera la haine, fera s’en retourner les bateaux du crève-cœur et du tourment. L’innommable blondasse lance ses filets, ses harpons, tridents sur de fragiles bancs de poissons dont elle fait vœu d’accaparement.

Une sorte de fou volant pense essaimer de mini-entreprises, quasi individuelles, ni à droite ni à gauche, mais où donc ? forcément quoique illusoirement prospères, dirigées par des… entrepreneurs paradant en costume de la plus belle étoffe jusqu’au cassage de gueule prévisible, sans filet de protection : normal, chacun sa pomme ! Un vœu échangé contre un flop.

Enfin le troisième larron, imperturbable, d’une probité inaltérable, indiscutable, se veut à

Voeu

Voeu

la proue du trio, et, de son hypocrite goupillon, bénit tout l’antihumain auquel sa componction l’associe. Lui et l’innommable font vœu commun de clore le bec des emmerdeurs décidés à mettre le holà à leurs manigances délictueuses. Ils portent un nom horrible, ces crotales agitant leurs sonnettes : Parquet Financier épaulé ou suivi d’autres services promettant joyeusetés à ce monde si policé, chouchouté, cajolé par la, les Bourses

Ne pas confondre, l’amie, avec la Bourse du Travail, ces syndicalistes revendiquant, vas savoir quoi, pour des gueux à la chaîne, d’autres moins asservis, et même, et même… bref, tout ces travailleurs, chercheurs, poètes (j’exagère, non ?) jeunes pousses inquiètes, enfin toutes celles et ceux qui sont le cœur battant de ce pays appelé France que ces trois lascars veulent livrer pieds et poings liés, tu sais bien à qui…

Le tableau n’est pas idyllique. C’est un dur voyage que nous avons entrepris sans savoir quand nous pourrons nous amarrer. Pourtant il est grand de découvrir le port où en commun nous bâtirons ce monde fraternel, de communication, d’échanges, qui devrait unir les hommes « par le cœur » c’est-à-dire là où la pensée vient du cœur. Un vœu lancé comme bouteille à la mer.

Françoise