VŒU

epistolairement

Vois-tu l’amie, les mois je les aime tous, je les aime vraiment bien, mais il se peut que je haïsse le mois qui armera la haine, fera s’en retourner les bateaux du crève-cœur et du tourment. L’innommable blondasse lance ses filets, ses harpons, tridents sur de fragiles bancs de poissons dont elle fait vœu d’accaparement.

Lire la suite…

QUE CHOISIR ?

epistolairement

Que choisir ? Question douloureuse pour celles et ceux qui suivirent le débat entre les deux impétrants du premier tour, puisque, quoiqu’il advienne du résultat du second tour des primaires, la poignée de main finale scelle la promesse : si c’est toi, je te suivrai et, vice versa : je te suivrai si c’est toi. Probablement un serment d’hypocrites. Alors ? Me pose comme une colle Paula, l’esprit barbouillé par tant d’apparente connivence.

Lire la suite…

SUGGESTION

epistolairement

Imagine Paula, la Méditerranée : soudain son volume serait composé de javel étendu de douze fois son volume d’eau. Ainsi, toutes les populations immigrées, hélas colorées, s’embarquant sur des rafiots vers des côtes, en principe hospitalières, pourraient bénéficier d’un trempage de deux ou trois heures dans l’espoir d’un Aquarius, et enfin, monter à bord, blanchies à souhait. A Lampedusa ou sur les îles grecques, suffirait qu’elles soient rincées. Ainsi purifiées elles seront mielleusement accueillies par la blancheur, de souche, hexagonale. Cependant un problème restera : vers quelle nouvelle cible le racisme se tournera-t-il ?

Lire la suite…

DANS LE MANUEL A VENIR

epistolairement

Encore quelques goulées longues et froides et puis, hop, ce sera le printemps. Des promesses.

Ne naîtra plus d’enfant apatride. Sera banni du langage juridique le mot : mineur. Un enfant sera un enfant, sans collier.

Le désir sera libéré de toutes les frustrations engendrées par les interdits de l’ensemble des religions et des politiques castratrices. Femmes et hommes s’aimeront si naturellement que viol et violence seront éradiqués.

Lire la suite…

1 2 3